BRES

Bres, le beau-fils d'Elatha, roi fomore de Mag Inis et de Eriu (l'Irlande), reine Tuatha Dé Danann qu'il a forcée. Bress devient donc Bress le Métis, enfant d'un viol incestueux entre frère et soeur. Son nom implique néanmoins la beauté et, à sept ans, il a la taille d'un adolescent de quatorze ans.

LÉGENDE.

Après la blessure de Nuada, lorsque celui-ci a perdu la main au cours de la première bataille de Mag Tured, il le remplace sur le trône.
Bress
Bres par Jim Fitzpatrick

Mais, injuste, il favorise les Fomoires, lève de lourds impôts, institue une taxe sur les cheminées qui fument, oblige Ogma à transporter d'énormes matériaux, le Dagda lui-même à lui élever des fortifications, puis il confisqua le lait de tous les troupeaux de l'île. Peu à peu, le pays perd sa prospérité légendaire.

Contrairement à la tradition des grandes fêtes celtiques, les réceptions qu'il donne sont lugubres : ni musiciens, ni poètes, ni comédiens et pas même assez de nourriture et de boisson. Il est un dieu de l'ignorance « qui combat les activités intellectuelles et artistiques ».

Un jour, il humilie le file Coirpre qui se venge par une « satire » si terrible que Bress en abandonne le trône. Il lève alors une armée et déclenche ainsi la seconde bataille de Mag Tured contre les Tuatha Dé Danann, au cours de laquelle il n'obtient la vie sauve qu'en échange de deux promesses : grâce à ses pouvoirs magiques, il devra enseigner les secrets de l'agriculture et assurera le lait à toutes les vaches d'Irlande, gage de prospérité de la communauté.

Bres, récidiviste, subit finalement une punition impulsée par Lugh, qui le fait errer à travers toute l'Irlande et le conduit à la mort au pied du cairn de Ui Neit.

Bres mac Elatha, fut d'abord nommé Eochu, puis il a été surnommé Bres («le beau»), à cause de son apparence physique, mais la splendeur de son visage constrastait avec ses actions et son comportement. Il était le de des Tuatha Dé Danann princesse Eriu (ou Eithne) et le Fomorien roi Elatha. En tant que roi de Tara, il était si avare qu'il ne faisait jamais allumer de feu dans la grande salle, ni offrir un peu de nourriture à ses visiteurs, pas même une tranche de pain non beurré.

Bres refusa même de la bière à un barde. C'est poète, Cairbre mac Eadoine, le paya de retour dans genre, le nivellement d'une satire (littéralement) des cloques au le roi: «Sans la nourriture sur un plat, sans du lait de vache sur laquelle grandissent des veaux, sans maison dans la nuit sombre, sans conteurs pour le divertir, que ce soit l'avenir de Bres ».

Piqué au vif par la satire, Bres sentit son visage éclater en ébullition. En tant que roi terni ne pouvait pas exclure, Bres a été chassé du trône, après quoi il a trahi et rejoint les forces de son père, la lutte contre son peuple, mais l'ancien perdre dans le second bataille de Mag Tuired. Dans certains récits consort Brès a été la Déesse Brigit, leur fils, Ruadan, fut tué au Mag Tuired.

http://www.nccri.ie